Population et peuplement angle d’entréE




Yüklə 32.81 Kb.
tarix28.02.2016
ölçüsü32.81 Kb.

1.POPULATION ET PEUPLEMENT

ANGLE D’ENTRÉE; Les effets des mouvements naturels et migratoires sur la formation de la population et l’occupation du territoire. / Concepts; Pluriculturalité , Migration ,Croissance, Appartenance, Identité



La population des premiers occupants (vers 1500)

Des premières migrations à l'occupation du territoire vers 1500.Les premières traces d'occupation en sol québécois remonteraient à environ 12000 ans. L’occupation du territoire s'effectue par vagues de migration et s'échelonne sur plusieurs milliers d'années. Les modes de vie des Autochtones sont associés aux



territoires qu'ils occupent. (Algonquiens = bouclier canadien= chasse = nomade =

Iroquois =Basse Terre du St-Laurent –Grand Lacs =agriculture= semi -sédentaire. )

La concentration de la population est plus importante chez les semi-sédentaires, qui se regroupent

dans des villages. Les échanges commerciaux favorisent les contacts entre certaines nations autochtones.

Des conflits surviennent parfois, surtout dans la vallée du Saint-Laurent.



Le passage des premiers Européens .

Après les Scandinaves au 10e siècle, des Européens explorent le territoire et convoitent ses ressources à partir du XV" siècle..En 1534, Jacques Cartier prend possession du territoire au nom de la France. En 1540, les Français tentent de mettre en place une colonie de peuplement, sans succès.


La population sous le régime français(1608-1760)

L’occupation du territoire

.La colonisation s'amorce véritablement au XVIIe siècle dans la vallée du Saint-Laurent avec les fondations

de Québec (1608), Trois-Rivières (1634) et Montréal(1642)..La population se concentre en majorité dans ces trois villes. Des îlots de peuplement se forment aussi dans les seigneuries(+ après 1663 ) sur les rives du Saint-Laurent et de ses affluents. . Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, la colonie compte plus d'hommes que de femmes..Les voyages d'exploration (fourrures ) contribuent à l'expansion du territoire.

Une faible évolution démographique

Au cours du XVIIe siècle, la population augmente lentement en raison de la faiblesse de l'immigration. Le commerce des fourrures, la principale activité économique de la colonie, ne nécessite pas une population nombreuse..La rigueur du climat et les récits sur les atrocités des guerres iroquoises n'incitent pas les Français à

émigrer en Nouvelle-France.

En 1663, le roi Louis XIV prend le contrôle direct de la colonie. L'administration royale met en place des politiques pour favoriser la croissance de la population= immigration; fille du Roy ,soldats ,engagés,.. L'accroissement naturel de la population d'origine européenne compense la faiblesse de l'immigration..La colonie empiète sur le territoire des Amérindiens dont la population est aussi affectée les maladies.



Cohabiter en Nouvelle-France.

La hiérarchie sociale au Canada est constituée de trois ordres: la noblesse, le clergé et le tiers état (le reste du peuple, les agriculteurs = la majorité)..On y retrouve aussi des esclaves et les Amérindiens.Les contacts entre les Européens et les Amérindiens amènent ces deux groupes à s'adapter. Leur mode de vie et leur identité se transforment.


La population sous le régime britannique

(1760-1867)

Le peuplement de la Province of Quebec et les tensions sociales jusqu'en 1815.

Après la Conquête de 1760, arrivée de marchands britannique (montrealers), la population canadienne connaît toujours un fort taux d'accroissement naturel. La population amérindienne stagne. Les autorités veulent attirer des colons britanniques dans la colonie. A partir de 1775, des loyalistes s'y établissent (suite à la révolution américaine). L'immigration anglophone et l'accroissement naturel entraînent l'expansion du territoire occupé vers l'intérieur des terres. Le système des cantons est mis en place. Des tensions naissent entre les Canadiens et les colons britanniques.Certains Britanniques ont une attitude conciliante envers les Canadiens. D'autres réclament l'application des lois et des institutions britanniques.



Le peuplement du territoire québécois, de 1815 à 1867

.À partir de 1815, les immigrants britanniques( irlandais ,écossais, anglais) sont le plus en plus nombreux..La croissance démographique entraîne la surpopulation des terres de la vallée du Saint-Laurent. Une partie de la population se déplace vers les centres industriels de la Nouvelle-Angleterre, vers des régions de colonisation ou vers les centres urbains. ,

.Les canaux et les réseaux ferroviaires facilitent les mouvements migratoires. ,

L'organisation sociale sous le régime britannique.

Les tensions entre les groupes culturels avec les rébellions de 1837-1838 et la publication du rapport Durham.

.La bourgeoisie d'affaires anglophone est très influente. La bourgeoisie professionnelle libérale(Papineau) s'illustre pour défendre, entre autres, l'intérêt des Canadiens.
La population durant la période contemporaine (de 1867 à nos jours)

La Confédération et les politiques d'immigration, de 1867 à 1885

.Dans l'AANB, les compétences en matière d'immigration sont partagées entre les gouvernements fédéraux et provinciaux. La Politique nationale (1879) encourage l'immigration..À partir de 1869, .les Autochtones et les Métis des Prairies voient leurs terres envahies par des colons.ils s'engagent dans des rébellions..Les Autochtones doivent vivre dans des réserves.



L'industrialisation, l'urbanisation et les mouvements migratoires, de 1885 à 1930

.Lors de la deuxième phase d'industrialisation (1896-1929), les ouvriers se rassemblent dans les villes, ce qui crée un phénomène d'urbanisation. Dans les quartiers ouvriers, la mortalité infantile est élevée et les épidémies font des ravages. Des agriculteurs et des chômeurs émigrent vers les États-Unis. Pour freiner cette émigration, le gouvernement du Québec et le clergé proposent le développement de régions de colonisation. Au début du 20e siècle, des vagues d’immigration contribuent à la diversification de la population. Le gouvernement adopte des politiques d'immigration restrictives,. Pendant la Première Guerre mondiale, l'immigration chute.



Les transformations démographiques, de 1930 à 1980

.Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Canada ferme ses frontières à l'immigration..Après la guerre, le baby-boom fait baisser l'âge moyen de la population du Québec. Le taux de natalité retombe dans les années 1960

et les mentalités changent par rapport au mariage..A partir des années 1950, le gouvernement du

Canada instaure des politiques d'immigration qui tiennent compte des besoins du pays. Dans les années



1960-1970, des critères d'admission reconnaissent les valeurs individuelles des immigrants. Le pays accueille des réfugiés. L'origine des immigrants se diversifie. Dans les années 1950-1960, le Québec négocie des ententes avec le gouvernement fédéral afin d'intervenir dans le processus de sélection des immigrants. Le ministère de l'Inmigration du Québec est créé en 1968. Le Québec privilégie les immigrants qui parlent français afin de préserver l'identité de la population. Dans les années 1950, des programmes de colonisation privilégient le développement de régions ressources. Le processus d'urbanisation s'accélère. Les villes et les banlieues réduisent les terres agricoles. Certaines régions sont dépeuplées à partir des années 1960.

La population du Québec depuis 1980: des défis renouvelés

Le Québec connaît un vieillissement de sa population et une chute du taux de natalité. Le gouvernement instaure des mesures de soutien aux familles. Les Autochtones connaissent une croissance démographique. Depuis les années 1980, l'immigration, qui pallie en partie la chute du taux de natalité, transforme le

visage de la société québécoise. La pluriculturalité de la société québécoise incite le gouvernement à faciliter l'intégration des nouveaux arrivants aux valeurs et institutions du Québec, tout en renforçant leur appartenance à la société québécoise.


2.ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT

ANGLE D’ENTRÉE ; Les effets de l’activité économique sur l’organisation de la société et du territoire . Concepts ; Distribution, Production, Consommation, Capital, Disparité



L’économie des premiers occupants (vers 1500)

Occupation du territoire, subsistance et réseaux d'échanges

.Les premiers occupants pratiquent des activités de subsistance adaptées au climat et aux ressources

disponibles sur leur territoire..Afin de se procurer une diversité de ressources, les premiers occupants développent des réseaux d'échanges à l'échelle du continent.

Les premiers contacts l

Aux 15e et 16e siècles, des Européens pratiquent (la pêche en Amérique du Nord. Leurs installations

temporaires favorisent les premiers contacts entre les Autochtones et les Européens. Au 16e siècle, la France finance des voyages d'exploration, dont ceux de Jacques Cartier (entre 1534 et 1542) et prend officiellement possession du territoire. Grâce aux réseaux d'échanges des Autochtones, les Français ont accès à la fourrure. Le premiers poste de traite permanent est établi à Tadoussac (1600).

L’économie sous le régime français (1608-1760)

Le développement économique et l'expansion du territoire .Le mercantilisme français fait de la Nouvelle-France

un fournisseur de ressources que la métropole transforme en produits finis, pour ensuite les exporter.

.La Nouvelle-France devient une colonie-comptoir exploitée par des monopoles commerciaux accordés dans un premiers temps à des individus, puis à des compagnies. Des établissements permanents sont fondés à Port-Royal (1604) et à Québec (1608), notamment pour faciliter le commerce des fourrures.

.En 1663, Louis XIV met fin aux monopoles des compagnies. La responsabilité du développement économique est alors confiée à des intendants. De 1663 à 1755, des expéditions d'exploration permettent d'agrandir le territoire de la colonie. Les Français établissent des alliances politiques et commerciales avec des Amérindiens pour s'approvisionner en fourrures..L'Angleterre et sur pied la Compagnie de la Baie d'Hudson (1670).

Les principales activités commerciales de la colonie

.Les pêcheries sont profitables durant tout le régime français, mais le commerce des fourrures demeure le

véritable moteur économique de la Nouvelle-France .Dans les années 1690, une surproduction occasionne

une crise du commerce des fourrures .Au 18e siècle, les intendants tentent de diversifier l'économie.

.D'abord exploitée en tant qu'activité de subsistance, l'agriculture produit des surplus à partir du 18e siècle.

.Les commerçants font la distribution des surplus agricoles dans les villes et fournissent des produits aux campagnes. Les marchands exportent les fourrures et importent des produits finis de la métropole..

Au 18e siècle, un commerce triangulaire s'organise dans l'empire colonial français.
L'économie sous le régime britannique (1760-1867)

De nouveaux partenaires commerciaux

Dans un contexte mercantiliste, des marchands britanniques établissent de nouveaux réseaux commerciaux entre la métropole et la colonie.



Le commerce des fourrures et l'exploitation des ressources forestières

.Alors que le commerce des fourrures décline, celui du bois connaît un essor et entraîne le développement de nouvelles activités de transformation. Plusieurs agriculteurs travaillent dans les chantiers

de bois en hiver. De nouvelles régions de colonisation sont développées.

Les transformations dans le monde agricole

.L'agriculture est la principale activité économique de la population. D’abord axée sur le blé, la production agricole se diversifie au cours des années 1830-1840.



L’adoption du libre-échangisme et les institutions financières

.La métropole adopte des politiques libre-échangistes Au milieu du 19e siècle. Les colonies britanniques

d'Amérique du Nord se tournent donc vers un nouveau partenaire commercial: les États-Unis.(traité de réciprocité).L'apport des capitaux britanniques et américains permet de développer des industries.

.La multiplication des opération commerciales mène à la création de plusieurs institutions financières au

début du 19e siècle.

L’ économie durant la première phase d'industrialisation

Dans les années 1850, la colonie connaît une première phase d'industrialisation. La construction d'un important réseau de canaux et de chemins de fer facilite les activités de production et de distribution.

.Les activités de transformation sont regroupées dans les centres industriels, ce qui favorise l'urbanisation

de la société.


La période contemporaine(de 1867 à nos jours)
La Confédération et la Politique nationale

Le développement du Dominion du Canada est basé sur l'industrialisation et l'expansion du territoire vers

l'ouest. La Politique nationale (1879) vise le développement du réseau ferroviaire, l'instauration de politiques

protectionnistes et l'accroissement de l'immigration.



Une deuxième phase d'industrialisation

.L'essor de la production du blé dans l'Ouest, les investissements américains et la participation du

Canada à la Première Guerre mondiale permettent d'amasser des capitaux. Grâce à l'hydroélectricité, de nouveaux secteurs industriels émergent au Québec entre 1900 et 1929..L'industrialisation engendre des disparités entre '

les classes sociales. Des organisations ouvrières voient le jour. La spécialisation de la production, notamment

dans l'industrie laitière, entraîne une période de croissance.

La Grande Crise et l'impact de la Seconde Guerre mondiale

.Pour réduire les disparités sociales reliées à la crise des années 1930, les gouvernements interviennent de plus en plus dans l'économie..La Seconde Guerre mondiale met un terme à la Grande Crise..La période de prospérité qui s'ensuit et l'augmentation du pouvoir d'achat de la population permettent l'avènement d'une société de consommation..Des entrepreneurs américains injectent des capitaux dans l'économie en exploitant des ressources

naturelles.L'exploitation de ces ressources permet le développement de nouvelles villes dans le Nord du Québec.

Les investissements publics dans les années 1960et 1970

.La Révolution tranquille des années 1960 est marquée par la nationalisation de l'électricité, qui permet aux Québécois de prendre en main un secteur clé de leur économie, et par l'émergence d'un État providence.

.De nouvelles infrastructures et institutions publiques, notamment en éducation et en financement d'entreprises, permettent l'émergence d'une nouvelle élite francophone. .Le secteur tertiaire prend de plus en plus d'importance.

Récessions et reprises depuis les années 1980

A la fin des années 1970, l'Occident connaît un ralentissement économique..Dans les années 1980 et 1990, les gouvernements réagissent au ralentissement économique en réduisant leurs dépenses. L’économie du Québec se caractérise par la croissance du secteur tertiaire et la libéralisation des échanges .L'Accord de libre-échange canado-américain est ratifié en 1989, puis remplacé par l'ALE NA en 1994.La mondialisation de l'économie transforme les secteurs primaire et secondaire. Le Québec affronte la concurrence mondiale en spécialisant son



économie et en :investissant dans la formation et la recherche.


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azrefs.org 2016
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə