La convergence des arts : La peinture et la poésie de Watteau à Verlaine ou Comment aborder le genre poétique en seconde bep




Yüklə 70.81 Kb.
tarix30.04.2016
ölçüsü70.81 Kb.

Arts et Lettres au lycée professionnel La convergence des arts : la peinture et la poésie de Watteau à Verlaine


La convergence des arts :

La peinture et la poésie de Watteau à Verlaine

ou

Comment aborder le genre poétique en seconde BEP

Le recueil des Fêtes galantes, achevé en 1869, représente dans l’œuvre de Verlaine un effort de transposition d’un art à l’autre, en l’occurrence de la peinture à la poésie. En effet, l’auteur part du souvenir des peintres du XVIIIème siècle, et plus particulièrement d’Antoine Watteau, pour élaborer un recueil poétique que les critiques qualifieront plus tard de véritable « livre d’images ».

Il nous a donc semblé intéressant d’étudier la convergence de ces deux arts, et plus spécifiquement de l’influence de Watteau sur Verlaine, dans une séquence d’initiation au genre poétique en classe de seconde BEP.

Pourquoi un tel choix ?
Tout d’abord, l’enseignement du français, tel qu’il est préconisé dans les Instructions Officielles du Brevet d’Études Professionnelles (Bulletin Officiel n°31 de juillet 1992), demande à l’enseignant de familiariser les élèves avec « les textes et les œuvres », en considérant toute œuvre au sens large, c’est à dire « tout message dont la fonction première est esthétique ».  À ce titre, différents types d’œuvres sont énumérés : « littéraires, picturales, cinématographiques… ». Ainsi, la confrontation des deux arts peut sembler judicieuse pour aborder un genre jugé difficile par les élèves, « d’authentiques enfants de l’image », qui ont une prédilection pour le support iconographique ; cette confrontation peut donc constituer un point de départ positif pour appréhender le genre poétique.
C’est pourquoi, nous avons choisi d’étudier l’influence de Watteau sur Verlaine. Mais plusieurs questions se posent, afin de préparer cette séquence avec les élèves. Quelles sont les thématiques communes aux deux arts et comment Verlaine les a traduites poétiquement ? Comment est-il possible de confronter les deux expressions artistiques avec les élèves ? Quelles sont les compétences « savoir-faire et savoir-être » à mettre en place dans cette séquence qui initie les élèves à la poésie ?

Il en ressort donc trois affiliations thématiques, développées successivement dans la première partie théorique. La première affiliation est la fête et la musique, puisque d’emblée, Les Fêtes galantes sont aussi bien le titre d’une série de tableaux de Watteau que celui du recueil poétique de Verlaine. La deuxième affiliation est celle de la commedia dell’arte car Les Fêtes galantes constituent un véritable décaméron de « fantoches » de la comédie et de la pastorale. Puis la troisième thématique concerne le paysage sur lequel est projeté l’âme de ces personnages. Enfin, dans la deuxième partie, les connaissances de la partie théorique sont réinvesties, mais transformées en savoirs à enseigner. Cette partie, en effet, propose une séquence en seconde BEP, mariant peinture et littérature, véritable expérience sur le terrain. Une procédure est mise en place, ainsi que des supports picturaux et poétiques pour mener conjointement la lecture du tableau pictural et du poème par le biais du rapprochement thématique.


Voici la présentation générale de l’ensemble de la séquence, de la séance 1, de la séance 3 et de l’évaluation qui révèlent l’esprit du travail réalisé avec les élèves.

TABLEAU DE SÉQUENCE


  • Objectifs généraux : maîtriser la lecture du poème, maîtriser la lecture d’une œuvre picturale et cerner la transposition d’un art à l’autre.

  • Supports : recueil poétique Les Fêtes galantes de Verlaine, tableaux de Watteau.






Séance, durée dominante

Objectifs, notions

Supports

Procédures

Activités élèves

Évaluation des travaux

1

- Lecture de l’image (1 heure)

- Mise en évidence de l’influence de Watteau sur Verlaine

- Décrire un tableau



- Cinq tableaux de Watteau

biographie de Watteau

- Table des matières de Verlaine


- Description du tableau

- Travail par binôme



- Remplir le tableau concernant la description de l’image

-Reprise à l’oral

-Envoi d’un élève au tableau



2

- Étude de la langue : les outils poétique pour décrire un poème ( 1heure)

- Cerner la fonction poétique

- Notions :

1. rythme

2. prosodie

3. figures rhétoriques


- Clair de lune

- Questions

- Compter le nombre de syllabes

- Répertorier les images




Mise en commun sur transparents

3

- Lecture

- « Que la fête commence ! » (3heures)



Mettre en évidence la première parenté thématique de la fête

- Clair de lune

- Mandoline



- Description des deux tableaux de Watteau.

- Questions : quels éléments retrouvent-on chez Verlaine ?



- Description du tableau picturale

- Remplir le tableau synoptique pour l’analyse du poème.



Mise en commun à l’oral

4

- Lecture : les personnages de la commedia dell’arte (1 heure)

Cerner la deuxième parenté thématique sur les personnages de la comédie

- Pantomime

- Les ingénus

- Colombine

- Travail par groupe de 2 ou 3 élèves.

Travail avec la collaboration du documentaliste au CDI, autour des caractéristiques des personnages.

Les élèves doivent rendre une fiche sur les caractéristiques d’un personnage de la comédie.

5

- Lecture : le paysage dans les Fêtes galantes (1 heure)

Mettre en évidence la troisième parenté thématique sur le paysage

- Reprise de Clair de lune (joie)

- Colloque sentimental (tristesse)



Comparaison de deux poèmes pour mettre en évidence l’évolution du sentiment de la joie à la tristesse.

- Cerner le champ lexical de la tristesse

- Le paysage dans Colloque sentimental



Confrontation collective



Séance 1 : Description d’un tableau et mise en relation avec un ensemble de titres.


Découverte de l’univers de Watteau








Description

(Dénotation)



Interprétation

(Connotation)


I. Les objets représentés
1. Les personnages (ou le personnage) au premier plan


  • aspect physique

  • attitude

  • expression

  • costumes


2. Les « choses »
3. Les personnages et les « choses » au deuxième plan
4. L’arrière, le décor, le paysage

II. La manière de les représenter
1. Composition
2. Les couleurs








Choisissez un titre au tableau dans la table des matières


WATTEAU [vato] (Antoine). ■ Peintre et dessinateur français (Valenciennes, 1684, Nogent,1721). Il fit son apprentissage chez un peintre local et s’exerça à dessiner sur le vif des scènes de rue. En 1702 il se rendit à Paris où il copia pour un marchand des scènes religieuses et des tableaux hollandais. En 1704, il entra dans l’atelier de Cl.Gillot qui l’influença notamment dans le choix de ses sujets : il représenta en effet des scènes de genre, des acteurs et des scènes de la comédie italienne et prit goût aux costumes de théâtre. En 1708 il entra dans l’atelier de Claude Audran III et devint, par ses travaux de décoration aux motifs contournés, ses scènes burlesques, chinoiseries et turqueries, un maître du décor rocaille ( château de la Muette). À cette époque, il eut la révélation des Rubens de la galerie Médicis ( alors au Luxembourg) et il commença à s’intéresser au paysage. N’ayant obtenu que le second prix de Rome, il vendit La Recrue pour pouvoir se rendre à Valenciennes et obtint aussitôt la commande de La Halte. Dans sa ville natale, il continua à peindre et à dessiner des scènes de la vie militaire où s’affirme déjà l’originalité de son style(Les délassements de la guerre). Revenu à Paris en 1710, il fut agréé par l’Académie en 1712. Vers 1715, il se lia avec le financier Crozat, dans son salon il rencontra l’élite intellectuelle et artistique de l’époque et, dans sa riche collection, étudia les maîtres flamands et italiens, particulièrement les vénitiens. Lui qui, le premier, avait reçu de l’Académie, le titre de « peintre des fêtes galantes » s’intéressa aussi au nu et aborda les sujets mythologiques (Jupiter et Antiope). En 1717 il présenta enfin son morceau de réception à l’Académie :L’Embarquement pour Cythère, dont il fit une seconde version pour le roi de Prusse. Jusqu’alors il abusait souvent d’huile très grasse, ce qui lui permettait de peindre rapidement mais entraînait l’altération de ses toiles. Il enrichit et éclaircit sa palette, utilisa des fonds bistre léger, rendit le reflets bleus des ombres et chercha à fondre ses personnages dans le paysage faisant jouer les effets de lumière diffuse. Dans ses scènes galantes, concerts, assemblées dans un parc, ou dans ses figures isolées (L’Indifférent ,La Finette, Gilles), il se montre attentif à exprimer le caractère éphémère des choses, les subtilités du sentiment amoureux (La Proposition embarrassante, L’Amante inquiète), thèmes jusqu’alors peu abordés par la peinture et révélant une sensibilité d’un caractère nouveau, intime et mélancolique. Si l’univers qu’il imposa présente un aspect irréel, presque onirique, Watteau n’en fut pas moins un observateur aigu (L’Enseigne de Gersaint,1720) et il fit preuve d’une rare maîtrise technique. Ses nombreux dessins à la sanguine et aux trois crayons témoignent de l’exceptionnelle prestesse de son trait, apte à saisir le geste spontané, l’expression fugitive ( Figures de différents caractères). Atteint de tuberculose, il mourut jeune : son oeuvre, grâce au recueil Julienne, se diffusa dans l’Europe et concourut à infléchir le caractère héroïque et fastueux de la peinture vers l’intimiste et la grâce.

Dictionnaire

Le Petit Robert 2
Les thèmes chez Watteau

Ces données proviennent des analyses faites en classe par les élèves lors de la première séance.





La fête

Le paysage


La galanterie

L’ambiance



  • Instruments de musique

    • la mandoline

    • le luth




  • Personnages de la comédie

    • Pierrot

    • Arlequin

    • Colombine



  • La danse



  • Le chant






  • parc

  • plaine

  • forêt

  • clairière

  • fleurs

  • statue

  • jets d’eau




  • couleurs du printemps, synonymes de joie









  • couples tendres et élégants

  • amour

  • courtoisie : attitude des hommes à l’égard des femmes

  • caresses

  • les personnages se parlent au creux de l’oreille

  • noblesse qui ne travaille pas et s’adonne au plaisir



  • plaisir

  • agréable

  • amusement

  • un certain badinage

  • détente/oisiveté

  • tranquillité/sérénité

  • douceur/calme

  • plaisir champêtre de ne rien faire

  • discussion

Divertissement total


Tristesse et mélancolie avec la couleur des tableaux et l’expression du visage




Séance 3 : « Que la fête commence »


Objectifs :

- mettre en évidence la première parenté thématique : la fête et la musique

- mettre en œuvre les acquis sur le fait poétique mis en place lors de la séance précédente de l’étude de la langue (mètre, rythme, prosodie, figures rhétoriques….)
Dominante : lecture
Durée : 3 heures
Supports :

- trois tableaux de Watteau : Fête champêtre, La partie quarrée et L’amour au théâtre italien.

- Deux poèmes de Verlaine : Clair de lune et Mandoline. Mais les élèves disposent de l’ensemble des Fêtes galantes dans un livret confectionné par le professeur dans le souci d’avoir l’œuvre intégrale.

Mise en activité des élèves 
Deux premières heures 
1. Analyse et description de deux tableaux en couleur de Watteau, à cet effet un tableau de lecture a été donné aux élèves (en annexe, document 1).

2. Lecture silencieuse de Clair de lune

3. Travail en autonomie :

A. Recherche des thèmes mis en évidence dans les tableaux et présents dans les poèmes.

B. Recherche des champs lexicaux autour de la fête.

C. Recherche des champs lexicaux autour de la musique.

D. Recherche des éléments du fait poétique qui contribuent à la thématique de la fête et de la musicalité.
Un tableau récapitulatif sur la poésie à remplir a été donné aux élèves (en annexe, document 2).

Troisième heure 
Analyse de Mandoline
Lecture méthodique :


  1. relever les éléments qui confirment le thème de la fête.

  2. relever les éléments du fait poétique qui vont dans le sens de cette thématique.

  3. relever les personnages. Ceci permet d’introduire la deuxième parenté thématique, à savoir les personnages de la commedia dell’arte.


Table des matières



TITRES

Clair de lune

Pantomime

Sur l’herbe

L’allée

A la promenade



Dans la grotte

Les ingénus

Cortège

Les Coquillages



En patinant

Fantoches

Cythère

En bateau



La faune

Mandoline

A Clymène

Lettre


Les Indolents

Colombine

L’amour par terre

En sourdine

Colloque sentimental

VOCABULAIRE


Mandoline : instrument de musique originaire d’Italie

à caisse de résonance bombée (comme la lutte)

et à cordes pincées.

Pantomime : art où les personnages s’expriment

par les gestes.

Cortège : suite accompagnement.


ANNEXES

Document 1






Description

(Dénotation)



Interprétation

(Connotation)




I. les objets représentés

1. Les personnages au premier plan



  • aspect physique

  • attitude

  • expression

  • costumes



2. Les choses

3. Les personnages et les objets au deuxième plan

4. L’arrière, le décor et le paysage

II. La manière de les représenter

1. La composition

2. Les couleurs










Thèmes présentés par le peintre








Document 2



RYTHME


(mètre, enjambement, césure)


RIMES

ALLITÉRATIONS

ASSONANCES

IMAGES

CATÉGORIES GRAMMARICALES

CHAMPS LEXICAUX























Effets produits


Effets produits

Effets produits

Effets produits

Effets produits

Effets produits

Effets produits


Conclusion :
Évaluation : décrire poétiquement un tableau

Activité des élèves :
A partir d’un tableau en couleur de Watteau, les élèves doivent élaborer une production poétique. Ils doivent respecter les consignes suivantes.
Consignes :


  • faire une strophe de quatre vers,

  • choisir un mètre (alexandrin, décasyllabe, octosyllabe) et le respecter,

  • Choisir un schéma des rimes

  • Incorporer au moins deux figures rhétoriques


Temps imparti : 2 heures

Ainsi s’achève notre confrontation de l’art pictural et de l’art poétique à travers l’influence de Watteau sur Verlaine. Notre objectif de lecture du poème, grâce à l’analyse préalable d’un ou plusieurs tableaux, a été atteint avec les élèves. En outre, ceux-ci ont cerné la transposition d’une forme d’art à une autre.

De fait, il est important de partir de l’image que les élèves semblent maîtriser, ou du moins qu’ils estiment plus accessible qu’un texte littéraire. Cela permet de mettre en place des « clés » pour rentrer plus facilement dans l’univers poétique. Les similitudes entre les deux supports sont le point de départ d’une lecture interprétative par élève.
Par ailleurs, nous avons constaté que le rapprochement thématique entre la peinture et la poésie est fondamental pour arriver à confronter les deux expressions. Plus le tableau et le texte poétique sont proches, plus l’élève a en effet des facilités pour passer d’un code de lecture à l’autre. Il se sent alors à l’aise dans un terrain connu, car il s’est approprié le sujet grâce à cette double démarche.

Cependant, l’objectif de cette confrontation va au-delà des rapports traditionnels établis entre la peinture et la poésie, où l’image illustre le poème. Plus qu’une simple illustration, il s’agit ici d’accroître chez l’élève les compétences de lecture à la fois d’un tableau et d’un poème.

Pour cela, nous avons transmis des repères culturels et contextuels dont il a besoin pour comprendre pleinement le message contenu dans les œuvres artistiques.
Pour clore cette confrontation entre la peinture et la poésie dans le cadre de notre séquence, nous proposons ensuite la visite du musée du Louvre, avec un parcours sur Watteau et les peintres des fêtes galantes au XVIIIème siècle. Ceci permettra aux élèves d’aller à la rencontre de cet art pictural. Ainsi, cette visite les familiarisera davantage avec cet univers artistique qu’ils ont juste entrevu durant la séquence.

Extraits du mémoire professionnel de Nora BADAOUI

Lycée professionnel R. Doisneau, Corbeil

Académie de Versailles



Présentés par Maryse LOPEZ, IUFM de Versailles






Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azrefs.org 2016
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə