Anna gavalda: ensemble, C’est tout




Yüklə 10.42 Kb.
tarix29.04.2016
ölçüsü10.42 Kb.
ANNA GAVALDA: ENSEMBLE , C’EST TOUT

«Et puis, qu’est-ce que ça veut dire, différents? C’est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur connerie, pas leurs différences...»



Présentation

Une jeune fille, Camille, se lie d'amitié avec ses deux voisins, Philibert et Franck, puis s'installe chez eux pour connaître plus de confort, de réconfort. En harmonie, ces trois personnages que tout oppose, dans leur caractère comme dans leur histoire familiale, retrouvent le goût de vivre. Au-delà des disputes, des réconciliations, des querelles, des complicités, le plaisir d'être 'ensemble' les rend plus fort.



Le résumé et la critique du département de français de l’EOI

Un film magnifique basé sur le roman homonyme d’Anna Gavalda. Audrey Tautou interprète Camille une jeune fille qui travaille comme femme de ménage pour une entreprise qui nettoie des bureaux. Camille a un hobby: elle sait dessiner extraordinairement bien. Elle habite dans une chambre de bonne située dans un immeuble où un énorme appartement est partagé entre Philibert et Franck. Philibert est un jeune homme d’origine noble, d’une politesse et d’un raffinement sûrement excessifs –qui vend des cartes postales dans un musée– et dont la véritable passion est de jouer du théâtre malgré son problème : il est bègue. Franck, quant à lui, est plutôt du genre coureur de femmes et il travaille comme cuisinier. Le fait qu’il doit s’occuper de sa vieille grand-mère le stresse beaucoup ce qui fait que son caractère est parfois spécialement agressif, mais c’est aussi un garçon au grand cœur. D’abord accueillie par Philibert, alors qu’elle vient d’attraper une vilaine grippe, Camille aura une relation horrible avec Franck son colocataire, mais à l’approche de Noël les choses vont évoluer dans un autre sens. Une fois de plus, Audrey Tautou va nous émouvoir.


Résumé du livre (evene.fr)

Une année à Paris. Une rencontre improbable, les frictions, la tendresse, l'amitié, les coups de gueule, les réconciliations... de quatre personnes vivant sous un même toit, celui d'un immense appartement haussmannien aussi vide et désolé que leur vie respective. Quatre personnes qui n'avaient rien en commun et qui n'auraient jamais dû s'entendre, jamais dû se comprendre. Un aristocrate bègue, une jeune femme pas plus lourde qu'un moineau, une vieille mémé têtue et un cuisinier grossier. Tous sont pleins de bleus, pleins de trous et de bosses et tous ont un coeur gros comme ça (non, plus gros encore !)...



Un autre résumé (Éd. J’ai lu)

Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait les ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l’existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l’idée de mourir loin de son jardin.

Ces quatre-là n’auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l’amour –appelez ça comme vous voulez-, va se charger de les bousculer un peu.

Leur histoire, c’est la théorie des dominos, mais à l’envers. Au lieu de se faire tomber, ils s’aident à se relever.



La critique (evene.fr)

Doux, simple, drôle, touchant, vrai, humain, tendre et sincère. Ces quelques mots pourraient suffire à décrire ce troisième roman d'Anna Gavalda. La rencontre improbable de ces quatre oubliés de la vie nous envahit de manière subtile, comme la feuille blanche sous le pinceau absorbe l'eau de l'aquarelle. Par touches successives et précises, les coups de plume d'Anna nous caressent, nous égratignent ou nous écorchent. Pas de grandes envolées lyriques, pas de tirades faussement tragiques, pas de "remplissage", juste des mots, des mots qui vont à l'essentiel, qui vont droit au coeur, qui poursuivent ces quatre vies en plein bouleversement que l'on rattrape avec plaisir... Un peu de fantaisie par-ci, un brin de vérité par-là et une pincée de sensibilité pour assaisonner le tout. Voilà une recette parfaitement équilibrée. Une belle assiette appétissante et légère que l'on dégustera sagement pour faire durer le plaisir ou que l'on dévorera d'un trait de peur qu'on nous la vole…


Et Anna d'avancer innocemment au début de l'ouvrage: "A quoi ça sert les émotions pour soi tout seul?", elle peut être rassurée, ses émotions, elle sait nous les faire partager… et on aime ça!

 Voir toutes les critiques


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azrefs.org 2016
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə