André Durand présente Félix-Antoine savard




Yüklə 224.52 Kb.
səhifə1/2
tarix20.04.2016
ölçüsü224.52 Kb.
  1   2




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
Félix-Antoine SAVARD
(Québec)
(1896-1982)

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

qui sont résumées et commentées

(surtout ‘’Menaud, maître-draveur’’).

Bonne lecture !

Né à Québec le 31 août 1896, Félix-Antoine Savard se retrouva très tôt à Chicoutimi où, à partir de 1911, il fit ses études classiques et devenant bachelier ès arts. En 1918, il entra au grand séminaire et entreprit des études de théologie. Ordonné prêtre le 4 juin 1922, il se consacra à l'enseignement des lettres pendant quatre ans dans ce même grand séminaire. Il connut ensuite brièvement la vie monastique chez les bénédictins. Devenu vicaire à Bagotville et à Sainte-Agnès, il fonda par la suite la paroisse de Saint-Philippe-de-Clermont, dans le comté de Charlevoix, pays de colonisation qu’il découvrit, aima par-dessus tout et se plut à dénommer « le comté métaphysique de la province de Québec ». Il y rencontra Joseph Boies, un authentique «draveur» qui lui inspira :

_________________________________________________________________________________
‘’Menaud, maître-draveur’’

(1937)
Roman de 180 pages


À Mainsal, dans le comté de Charlevoix, vraisemblablement dans les années trente, Menaud, maître-draveur de soixante ans, fouetté par le message que Louis Hémon a laissé dans ‘’Maria Chapdelaine’’, devient encore plus décidé à conserver la terre découverte et conquise par les ancêtres que menace des propriétaires étrangers, lointains et puissants. Il s'oppose à l'ingénieur anglais, au traître qu'est le Délié, qui a accepté de les servir et qui prétend à la main de sa fille, Marie. Or, au cours de la « drave », Menaud perd Joson, son fils unique. Rongé par la douleur, il tente de rallier à sa cause les habitants de Mainsal. Seul le Lucon, son fils spirituel, accepte de le suivre et d'affronter le Délié, dans un combat qui est loin de tourner à son avantage. À son tour, Menaud voudra affronter le traître. Cependant, perdu dans la tempête, mais sauvé par le Lucon, il sombre dans la folie. L'action du maître-draveur n'aura cependant pas été inutile : le Lucon et Marie sont déterminés à poursuivre la lutte.
Analyse

(la pagination est celle de l’édition Fides)


Intérêt de l'action
Félix-Antoine Savard a connu à Clermont le maître-draveur Joseph Boies, et il en a fait le modèle de Menaud pour son roman de la terre, qui est en fait une fresque héroïque plus qu'un roman, un roman-poème, un poème épique. À ce titre, il échappe aux normes du roman traditionnel et peut se permettre de n'avoir qu'une intrigue assez mince et assez conventionnelle.

L'action, qui se situe à Mainsal, dans le comté de Charlevoix, vraisemblablement dans les années trente, oppose essentiellement deux groupes antagonistes : celui des Canadiens français et celui formé des Anglais (en fait, des Canadiens anglais et des Américains, mais qu'on voit à peine) et du traître qu'est le Délié (page 189). Elle peut être divisée en trois parties.

La première partie, qui est formée des quatre premiers chapitres, comprend la mise en mouvement du drame : Menaud, maître-draveur de soixante ans, fouetté par le message que Louis Hémon a laissé dans ‘’Maria Chapdelaine’’, devient encore plus décidé à conserver la terre découverte et conquise par les ancêtres que menace des propriétaires étrangers, lointains et puissants. Ne cesse de hanter son esprit la pensée du combat à livrer pour chasser de la montagne l'ingénieur anglais (qui est « accompagné d'un interprète » [page 36]) et le traître qu'est le Délié (pages 39-41 : Menaud ne le salue pas), qui a accepté de les servir et qui prétend à la main de sa fille, Marie. Or la « drave », qui donne lieu à une grande méditation de Menaud, le voit perdre Joson, son fils unique, qui se noie (pages 81-85), événement majeur où Alexis peut montrer son héroïsme (page 83) et qui provoque la colère de Menaud.

La deuxième partie, qui est formée des chapitres cinq, six et sept, se consacre à une peinture du monde intérieur de Menaud : sa douleur, sa colère, son opposition au Délié (pages 62, 144-146), sa tentative pour rallier à sa cause les habitants de Mainsal. Seul accepte de le suivre Alexis le Lucon, son fils spirituel. La partie se termine par l'incendie (pages 148-149) et le corps à corps d'Alexis et du Délié (page 154).

La troisième partie, qui est formée des chapitres huit et neuf, montre la tempête dans la nature, présage de la tempête entre les hommes (page 177), le sommet de la révolte de Menaud qui, avec le Lucon, fuit dans la montagne, et, à son tour, voudra affronter le traître, espérant un terrible combat. Mais le Délié ne se présente pas (page 189), le grand combat pour la délivrance n'a donc pas lieu, alors que tous les chapitres convergaient vers cet événement. L'attente envenime la colère de Menaud qui, aventure tragique, s'égare dans la tempête et échappe de peu à la mort. Sauvé par le Lucon, il sombre dans la folie. Tout finit donc de travers, aboutit à un échec chez lui, à sa démence. L'action du maître-draveur, qui lui donne une autre dimension qui est mystique, n'aura cependant pas été inutile : le Lucon et Marie sont déterminés à poursuivre la lutte.

Ces trois étapes sont celles du mouvement héroïque du roman qui est doublé d'une intrigue amoureuse : Marie, d'abord attirée par le traître qu’est le Délié, par un détour habituel en ce genre d’histoires (celui qui fait que, dans ‘’Germinal’’, Catherine est d’abord la compagne de Chaval avant de s’unir à Étienne), est donc ainsi une opposante à son père. Mais elle se détache de lui et est même la première à chasser l'intrus, le jour de la cueillette des bleuets (pages 119-122). Puis, le Délié annonçant sa vengeance (page 146), elle donne son amour à Alexis le Lucon, qui se bat donc pour cette cause : « On t'apprendra, bel étourneau, à voler le nid des autres » (page 155). Elle s'oppose cependant encore à son père puisqu'elle veut lui faire mener la vie de paysan. Enfin, marquée qu'elle est, elle aussi, par l'atmosphère épique de l'aventure, emportée dans le même mouvement de révolte qui anime son père, elle en vient à « penser à tout le pays, aussi » (page 212).

Les deux lignes progressent simultanément, avec des moments forts suivis de moments calmes jusqu'au dernier épisode marquant, avec la fin de l'action, la mort du grand rêve de Menaud qui aura cependant des successeurs.

Ce qu'on pourrait considérer comme une banale aventure est en fait un « combat où s'engage la vie des hommes » (page 64), une bataille gigantesque mettant en cause tout un peuple, ennoblissant son passé et devant assurer son avenir.

Il est sûr que l'action physique se résume à fort peu de chose, qu'à part quelques péripéties (comme le combat entre le Lucon et le Délié pour lequel Savard sait susciter la surprise, l'attente : page 154), l'essentiel du drame se passe dans l'âme du héros. On croirait, après avoir lu quelques chapitres, qu'un grand événement va se produire où Menaud jouera un rôle de premier plan. Il n'en est rien : la lutte du vieillard se livre dans le vide.

L'action s'étend à peu près sur une année, étant articulée sur les saisons (drame au printemps, calme en été, échec en hiver), chacune étant d'ailleurs marquée par un poème qui en concrétise l'atmosphère.

Le point de vue est objectif, mais l'auteur adopte parfois celui de son personnage sur lequel la focalisation est à peu près constante, sauf aux moments où se déroulent certains des poèmes, passages où s'exalte ce souci de qualité littéraire qui justifie la faiblesse de l'intérêt de l'action et que nous allons étudier.
Intérêt littéraire
De ‘’Menaud maître-draveur’’, on possède, outre les avant-textes (brouillons, manuscrits, mises au net et prépublications de certains chapitres), six versions ou états différents (1937, 1938, 1944, 1960, 1964 et 1967). Laquelle de ces versions choisir comme texte de base? La première, écrite dans le feu de la passion? La seconde, qui, dès l’année suivante, l'expurgea de ses fautes, de ses coquilles et de ses maladresses, marquant ainsi le début d’un travail de révision et de refonte qui ne devait cesser que trente ans plus tard, en 1967? La troisième, « traduction en prose [...] affadie par des remaniements académiques » (A. Viatte)? La quatrième, intermédiaire entre l’exubérance de 1937 et la trop sage retenue de 1944? La cinquième, celle de 1964, refonte de la précédente, plus en harmonie avec l’idéal d’équilibre et de perfection de l’auteur, alors âgé de 68 ans? Ou la dernière, édition de luxe publiée à l’occasion de l’Exposition universelle de 1967, et qui corrige la précédente? Comment, une fois ce choix fait, assurer la lisibilité maximale des versions non retenues? En d’autres mots, comment présenter les variantes de manière à permettre au lecteur de reconstituer sans peine les diverses couches du texte? Que faire, par ailleurs, des avant-textes, étapes préliminaires permettant de reconstituer la genèse de l’oeuvre? Cette activité créatrice pose au textologue un beau défi. On se trouve en présence d’une oeuvre (oeuvre-phare, de surcroît) qui a continué d’évoluer après sa publication, au rythme de la vie de son auteur.

Il reste que, quelle que soit l'édition choisie, s'impose le caractère essentiellement poétique de l'oeuvre, qui se manifeste d'abord par le souci de la langue.

On constate d'abord, chez le fervent des lettres anciennes qu'était Savard, des usages classiques : celui du mot « aride » dans « gorge aride » (page 149), « gueule aride » (page 154) ; celui du mot « dru » dans « poings drus » (page 156) ; ceux des mots « le plaint » pour « la plainte » (page 158), « chétif » (page 159).

Surtout, sa recherche d'un langage plein de saveur se manifeste dans les nombreux vocables du terroir dont il a fait, dans le dialogue comme dans la narration, une utilisation abondante, chacun devenant précieux comme s'il avait voulu les réhabiliter, leur donner plein droit d'entrée dans la langue littéraire, les mettre même au service de la poésie. En parcourant ce lexique, on découvre ces usages particuliers propres au Québec du temps, et peut-être même au comté de Charlevoix, soit que les mots, connus ailleurs dans la francophonie, soient employés dans un sens spécial, soit qu'ils ne soient que vernaculaires :



«abandonner» (page 179) : cesser ;

«s'accouver» (page 202) : s'accroupir ;

«accroires» dans l'expression «se faire des accroires d'avenir » (page 87) ;

«addition» dans l'expression «faire ses additions de conscience» (page 204) ;

«adon» (pages 97, 118, 145) : hasard ;

«s'adonner» (page 151) : arriver par hasard ;

«agriffer»(pages 65, 80, 145, 156, 196) : agripper ;

«alarguer» (page 111) : s'éloigner ;

«aplomber» (page 151) : mettre d'aplomb ;

«arrêter la maison» (page 168) : la fermer ;

«une attisée» (page 192) : un feu bien nourri ;

«le baisser du soleil » (pages 102, 123) : le coucher du soleil ;

«balancé» dans l'expression «danser le balancé» (page 78) ;

«barbotière» : mare, étang ; «la barbotière à pirons» (pages 76, 105) ;



«la barre du soir» (page 198) : la tombée de la nuit ;

«barré» (page 76) : « fermé», dans l'expression «la rivière est barrée» (par les glaces) ;

«batture » (pages 54, 74) : partie du rivage qui est découverte quand les eaux sont basses ;

«bauche» (page 194) : course rapide ;

«baver »dans l'expression « baver des injures » (page 65) ;

«bavoler » (pages 95, 200) : voler, flotter ;

le juron «bédame» (page 113) qui correspond à «Eh bien, dame ! » ;



«berlander» (page 184) : flâner ;

«berlot» (page 173) : une voiture d'hiver à un ou deux sièges ;

«bleuets» : airelles, myrtilles ;

«bonjour » pour « au revoir » (pages 110, 173) ;

«prendre le bord de» (pages 105, 150, 182) : se diriger vers ;

«bordée» (page 171) : chute de neige ;

«bottillon» (page 104) : bourrée, fagot ;

«boucane à mouches» (page 94) : brasero produisant de la fumée pour éloigner les mouches ;

«bougon de chandelle (page 102) : petit bout de chandelle ;

«il y a du bougre » (page 111) où «le bougre» remplacerait le diable qu'on n'oserait pas nommer ;

«bougrine» (pages 98, 144) : manteau ;

«bouillée» (page 123) : bouquet d'arbres ;

«boulonnière torse » (page 134) : plante ;

«bout de » : partie ;

«bretter» (pages 151, 167) : travailler sans conviction ;

«brimbale » (page 111) : perche en bascule avec laquelle on tire l'eau d'un puits ;

«broche pour les radoubs» (page 101) : fil de fer dont on se sert pour raccommoder les clôtures ;

«broqueter » (page 94) : porter de l'eau dans un broc ;

«le brouillas » (page 90) : «le flou» ;

«brûlé » (page 178) : partie de forêt qui a été incendiée ;

«faire brun» (page 102) pour parler du jour qui s'assombrit ;

«brunante» (pages 68, 96, 132, 172, 184) : tombée de la nuit ;

«bûché» (page 149) : endroit où l'on abat des arbres ;

«burgau d'écorce» (pages 41, 87) ou «bourgot » : porte-voix ;

«butin» : la femme (page 94) et, de façon plus habituelle, la récolte (page 161) ;

«button » (page 106) : petite butte ;

«cabané » (page 188) : enfermé chez lui ;

«caboter» (page 153) : se déplacer, circuler ;

«caler» (pages 53, 82, 170, 187) : enfoncer ;

«caliberdas » (page 208) : tapage ;

«calmir » (page 40) : calmer ;

«camarine» (page 207) : petit fruit ;

«cambuse » (page 101, 189) : abri ;

«se canter » (page 51) : s'appuyer ;

«capot » (page 173) : pardessus ;

«carcajou» (page 40) : nom innu du blaireau du Labrador, animal particulièrement avide et habile, d’où le surnom qui est donné au Délié (page 40) ;

«carreauté» (page 173) : mot employé à la place de «à carreaux » ;

«catalogne » (pages 45, 175) : couverture de lit ou tapis fabriqués avec des retailles ;

«cavée» (page 111) : chemin creux ;

«chaland » (page 201) : petite embarcation à fond plat ;

«chaudière» (page 98, 187) : seau ;

«la chauffe » (page 140) : la chaleur ;

«chevrons » (page 156) : chevreaux ;

«faire le chien » (page 49) : mener une vie pénible ;

«chipoteries » (page 97) : bagatelles ;

«clajeu» (page 208) ou « clageu » : rhizome du nénuphar ;

«à coeur de jour » (pages 113, 188) : au long de la journée ;

«cordelle » (page 76) : petite corde avec laquelle on traîne le canot ;

«côtoyage» (pages 64, 67) : sentier qui passe le long du cours d'eau ;

«à la course » (page 77, 209) : en courant, rapidement ;

«crans » (page 116) : roches stratifiées ;

«crémone» (page 173) : foulard en laine tricotée ;

«un croche » (page 103) : un tournant, une déviation ;

«croupade» (page 74) : sorte de ruade que fait le canot en passant sur une vague ou un rocher ;

«débâcler » (page 56) : rompre les glaces au printemps ;

«débâtir » (page 203) : démolir ;

«se débrager » (page 158) : se démener ;

«défaite» (page 119) : moyen de se tirer d'embarras ;

«déparler » (page 209) : délirer, divaguer ;

«dépense» (page 167) : lieu où l'on range les provisions destinées à la table ;

«dépente de la côte» (page 179) : versant, revers ;

«dérouté loin des conseils (page 87) : «entraîné, «dérouté ;

«devanture de la maison» (page 91) : façade ;

«se devirer » (page 118) : se tourner ;

«son dire» (page 43) : ses paroles ;

«drave » (page 36 : de l'anglais « to drive») : action de dégager et de diriger le bois flotté ;

«draveur » (page 51) : homme qui pratique la drave ;

«drégail » (page 166) : attirail ;

«écarté» (pages 178,198) : égaré ;

«écore » (pages 55, 195) : rive escarpée d'une rivière ;

«s'effieller » (page 64) : se rendre malade à force de travailler ;

«égarouillé» (page 210) : «écarquillés » dans «des yeux tout égarouillés » (page 203), «hagard » (page 210) ;

«emmailler » (page 70) : se prendre dans les mailles d'un filet ;

«encavé» (page 56) : enfoncé ;

«engouler » (page 155) : avaler ;

«épinette » (pages 44, 57, 150) : épicéa ;

«s'épivarder » (page 175) : faire sa toilette ;

«d'équerre» (page 102) : être dans son assiette ;

«éraillures» (page 77) : rayures ;

«escousse» (page 155) : élan ;

«étamper» (page 155) : assommer ;

«d'une étoile à l'autre» (page 56) : de l'aube au crépuscule ;

«étriller l'herbe » (page 91) : la ratisser, la râteler ;

«éventer » (page 146) : mettre le nez au vent ;

«ferdoche » (page 208) ou fardoche» : broussailles ;

«filoche» (page 204) : filasse ;

«fouiller» (page 155) : tomber ;

«boire la fraîche du soir » (page 89) : le serein ;

«frimassé » (page 46) : couvert de frimas ;

«fringuer » (page 78) : s'amuser bruyamment ;

«gadelle» (page 134) : groseille à grappes ;

«gages » (page 50) : salaire ;

«gargoter» (page 185) : gargouiller ;

«gatte » (page 127) : période ;

«gausserie» (page 47) : moquerie ;

«qui n'a plus son génie» (page 205) : qui a perdu la tête, est devenu fou ;

«gluer » (page 51) : être gluant ;

« gomme » (page 94) : résine ;



«gourgane» (page 128) : sorte de grosse fève ;

«grand'demande » (pages 69, 142) : demande en mariage ;

«grichu» (page 174) : rêche ;

«sur une griffe» (page 109) : rapidement ;

«guette», dans «guette des monts » (page 60) : le guet, la surveillance ;

«hart rouge» (pages 42, 48, 158) : cornouiller blanc ;

«faire le héron» (page 201) : faire le pied de grue ;

«houler » (pages 89, 102, 209) : onduler ;

«icitte » (pages 39, 1777) : ici ;

«une jacasse » (page 141) : une bavarde ;

«jaser » (page 95) : parler, converser, bavarder ;

«javelier » (page 124) : faux munie d'un râtelier qui reçoit le foin et le laisse en javelles sur le sol

«jetée» (page 128) : terre d'une nouvelle tombe ;

«jeunesse » (pages 48, 81, 123, 142, 165, 175, 185) : jeune homme ou jeune fille ;

«jongler» (pages 52, 138, 161, 164, 186, 191) : penser, songer ;

«la lasse» (page 71) : la fatigue ;

«levrauder » (page 183) : courir, bondir ;

«mettre en lieu de » (page 96) : permettre de ;

«marchant» (page 188), dans «neige mal marchante» : neige sur laquelle on marche mal ;

«marchette» (page 38) : accessoire qui sert au tissage ;

«mascot » (page 105 : ou «mascou», «mascouabina») : sorbier ;

«se mâter» (page 111) : se redresser ;

« ménétrier » (page 135) : violoneux ;



«menotte» (page 172) : paquet de tabac en feuilles ;

«le midi » (page 187) : à midi ;

«misère» (pages 50, 64, 71, 177, 193, 198) : mal, difficulté ;

«mitasses » (page 197) : guêtres ;

«musique» (page 57) : instrument ; ici «musique à bouche : harmonica ;

«nordet» (pages 63, 150) : vent du nord-est ;

«noroît » (pages 40, 43, 171, 186) : vent du nord-ouest ;

«ombrages» (page 201) : ombres ;

«ouache» (page 193) : gîte d'un animal sauvage ;

«pagée» (page 90) : espace d'une clôture compris entre deux poteaux ;

«paqueton » (page 47) : paquet ;

«partance», «partance de l'herbe» (page 95) : départ, naissance, sortie, apparition ;

«passe» (page 166) : passage ;

«pendant (pages 51, 121, 124, 185) : versant ;

«peinturé (page 169) : peint ;

«le pelé des monts » (pages 184, 186) : les monts dénudés ;

«pesanteur » (page 155) : poids ;

«piaffe», faire de la piaffe» (page 142) : stationner, se tenir ;

«pic», au pic du jour» (page 51) : au point du jour ; «à pic » (page 145) : malcommode ; «morts à pic » (page 87) : brutalement ;

«pic » (55) : pivert ;

«pichou » (page 186) : lynx du Canada ;

«piétonner, comme disent les chasseurs » (page 197) : piétiner ;

«piler » (page 156) : marcher sur quelque chose ;

«piquer » (page 94) : récolter ;

«se piquer dans son assiette» (page 169) : baisser la tête ;

«piquerons de la montagne» (page 64) : buttes ;

«piron » (pages 76, 105) : jeune canard ;

«plaine» (pages 117, 123, 158) : plane, faux platane, érable rouge ;

«plançon» (page 101) : planche ;

«platin» (page 186) : plateau ;

«à plein (pages 104, 148) : totalement ;

«poigner » (prononcé «pogner ») : attraper ;

«portage» (pages 63, 68) : sentier qui permet de contourner un rapide ;
  1   2


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azrefs.org 2016
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə