Ampd languedoc Roussillon Hôpital Lapeyronie Service de Pharmacologie médicale et toxicologie




Yüklə 26.31 Kb.
tarix21.04.2016
ölçüsü26.31 Kb.


powerpluswatermarkobject3
AMPD Languedoc Roussillon Hôpital Lapeyronie

Service de Pharmacologie médicale et toxicologie

191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5





Alerte aux compléments alimentaires contenant

AMP Citrate

Octobre 2014

Attention aux compléments alimentaires contenant de l’AMP Citrate
L’AMP Citrate est un stimulant très proche par sa composition de la méthylhexanamine ou DMAA, une molécule responsable de nombreux contrôles positifs chez les sportifs, et de nombreux accidents de santé, qui ont conduit à son éviction des boissons telles que Jack 3D et autres Oxy Elite en 2013.
L’ AMP Citrate, alias DMBA pour 1,3-dimethylbutylamine, ou 2-amino-4-methylpentane ou 4-methyl-2-pentanamine est une substance commercialisée aux USA et en GB sous le statut de complément alimentaire, dans des produits revendiquant des effets sur la performance sportive, la perte de poids, et la stimulation cérébrale.
L’AMP Citrate est la dernière trouvaille d’une catégorie de fabricants de compléments alimentaires malhonnêtes, qui ne reculent devant aucune manipulation pour exploiter la naïveté et les rêves de sportifs imprudents. Ils ressortent le vieux coup de l’obscure publication dans une revue chinoise non traduite en anglais, qui justifie la qualification de cette substance au titre de produit d’origine naturelle aux yeux de la FDA (Food and Drug Administration), l’agence américaine des médicaments et des compléments alimentaires.
Je rappelle ici que la méthylhexanamine bénéficiait du même stratagème, soi-disant issue d’une variété de géranium, qui, - au Sichuan seulement- présentait des traces de cette molécule, après des contorsions spectrophotométriques d’un raffinement byzantin. Grâce à ce statut, le fabricant pouvait ensuite charger ses compléments en produit de synthèse à doses élevées et les répandre sur le marché, au grand dam des sprinters jamaïcains, qui les premiers firent les frais de ce complément « naturel », en étant suspendu à la veille des championnats du monde d’athlétisme de Berlin en 2008. Depuis, ce sont des dizaines de compétiteurs qui ont été sanctionnés, et des centaines d’usagers qui se sont trouvés hospitalisés, après des accidents cardio-vasculaires allant jusqu’à la crise cardiaque et l’accident vasculaire cérébral, en passant par des attaques de panique…
L’an dernier, deux autres stimulants ont été identifiés dans des compléments alimentaires aux USA et en Europe : β-methyl-phenylethylamine (BMPEA), molécule de synthèse ajoutée dans des compléments à base d’acacia rigidula, une plante utilisée pour ses effets amaigrissants ; et N,α-diethylphenylethylamine (DEPEA) présente dans Craze®, après que des athlètes ont été contrôlés positifs à ces molécules en compétition., et ont clamé leur ignorance de la présence d’une substance interdite dans leur complément alimentaire.
On recommence donc avec AMP Citrate, ou DMBA.
Pieter Cohen et son équipe de l’Ecole de Médecine de Harvard ont publié le 8 octobre 2014 dans Drug Testing and Analysis une étude portant sur 14 produits commercialisés aux USA, contenant de l’AMP Citrate, ou 4-amino-2-methylpentane citrate, ou 1,3-dimethylbutylamine, ou DMBA. L’équipe de recherche comprenait également des membres de l’institut de santé publique des Pays Bas.
Il révèle que cette molécule a été déterrée des années 40, où une seule publication avait fait état de ses effets…sur les chiens et les chats. Elle est donc commercialisée aux USA, sans qu’on connaisse ses effets sur l’homme puisqu’elle n’a aucun antécédent d’usage traditionnel qui pourrait justifier son emploi. Il s’agit d’une amine vasopressive, d’une structure proche de la DMAA, et de la tuaminoheptane, interdites par la réglementation anti dopage en compétition. De mauvaises surprises sont à craindre pour les compétiteurs, puisque la liste des stimulants interdits est ouverte…
L’association de fabricants pour une nutrition responsable a écrit à la FDA pour dénoncer la commercialisation de ce produit toxique, similaire à la substance interdite DMAA, et n’ayant pas rempli les obligations de demande d’autorisation de commercialisation obligatoires pour les nouvelles substances auprès des autorités des Etats Unis. N’ayant jamais été utilisée avant 1994 en tant que complément alimentaire cette substance tombe pourtant sous le coup de la réglementation sur les substances nouvelles, et ne devrait pas être commercialisée, avant une autorisation donnée en bonne et due forme par la FDA.
Etrangement la FDA ne réagit pas à ce jour, malgré les sollicitations de scientifiques et de fabricants de compléments alimentaires soucieux de l’éthique et des bonnes pratiques de leur profession.
En attendant, les consommateurs font les frais de ce laxisme. Certains producteurs qui le commercialisent le citent sur la liste des ingrédients sans présenter les doses utilisées dans les composés propriétaires qu’ils revendiquent.

Or les doses varient considérablement d’un produit à l’autre :


AMPilean, vendu comme brûleur de graisses par Lecheek Nutrition, contient le taux le plus élevé par dose: 120 mg.

3 produits délivrent 110 mg par dose: Frenzy, un supplément pré entraînement de chez Driven Sports; AMPitropin, vendu comme un stimulant cérébral par Lecheek Nutrition; et MD2 Meltdown, un produit amaigrissant vendu par VPX S





MD2 Meltdown, vendu par VPX Sports comme un brûleur de graisse contient du 4-amino-2-methylpentane citrate parmi ses ingrédients (Photo: VPXSports.com)

D’autres produits contiennent cette substance:



Dans ces deux derniers produits revendiquant la présence d’AMP Citrate, cette molécule resta indétectable: Preamp de chez Hybrid et Genomyx's AMP Citrate. On les féliciterait presque d’escroquer leurs clients en ne mettant rien dans leur produit...

Le produit peut également ne pas être sur la liste des ingrédients. C’est le cas du complément Unstoppable de chez Dedicated Nutrition au sujet duquel plusieurs cas d’effets indésirables furent rapportés à l’agence anti dopage des Pays Bas par des sportifs, tels qu’une agitation psycho motrice et de l’anxiété.



Predator Nutrition est un distributeur anglais qui revendique l’exclusivité mondiale des ventes du produit Frenzy, de chez Driven Sports, qui contient de l’AMP Citrate.(Photo: Predator Nutrition)

Cette société, Driven Sports, a commercialisé auparavant le complément Craze qui s’est révélé contenir une molécule de type amphétaminique, non déclarée sur la liste des ingrédients. Le produit a été retiré de la vente aux USA.

Frenzy vient remplacer avantageusement le défunt Craze, en revendiquant cette fois l’origine naturelle de son AMP Citrate, soi-disant présente dans le thé Pouchung, aux confins de la Chine.

Cohen et ses chercheurs ont trouvé deux publications chinoises révélant des traces d’AMP Citrate dans les feuilles de ce thé. A ceci près qu’il faudrait 10 kg de feuilles de thé pour obtenir les 120mg d’AMP Citrate d’une simple dose ! On est très loin d’un usage de type « complément alimentaire ».

On ressert la même plaisanterie que celle mise au point par le vendeur Patrick Arnold pour la méthylhexanamine, lui aussi un gentleman chimiste impliqué précédemment dans l’affaire de la tétrahydrogestrinone, probablement un bon copain de Matt Cahill, le patron de Driven Sports, lui aussi poursuivi pour avoir introduit un anti œstrogène dans un de ses compléments alimentaires…

Ce cas illustre une fois encore le drame que représentent ces produits toxiques, pour les fabricants de compléments alimentaires sérieux, engagés dans une démarche de santé authentique. L’attentisme de la FDA surprend une fois de plus.

En France comme en Europe, à l’exception de la GB, la DMBA n’est pas commercialisée. Elle n’a pas le statut de complément alimentaire. Si ses fabricants faisaient une démarche en ce sens, elle apparaitrait comme une nouvelle molécule et ils devraient soumettre un dossier à une agence sanitaire d’un pays européen pour attester son innocuité et son usage traditionnel.

Notre recommandation : ne commandez pas, n’achetez pas de complément alimentaire contenant de l’AMP Citrate, ou DMBA sur internet !

N’achetez pas de compléments alimentaires à l’étranger sur internet, et si vous le faites néanmoins, renseignez-vous avant sur les compléments alimentaires que vous souhaitez acheter sur Ecoute Dopage : 0 800 15 2000, un numéro gratuit depuis un poste fixe et anonyme, encore à la disposition des sportifs en 2014.

En cas d’effet indésirable consécutif à la consommation d’un complément alimentaire, parlez-en à votre médecin qui transmettra à l’ANSES, organisme de nutrivigilance, ou adressez-vous à votre Antenne Médicale de Prévention du dopage, il y en a une dans chaque région...pour l’instant.





Pour nous contacter


Antenne Médicale de Prévention du Dopage du Languedoc Roussillon

Dr Claire Condemine-Piron

Téléphone 04.67.33.22.73


ampld34@chu-montpellier.fr

http://www.chu-montpellier.fr/ampd
Abonnez vous gratuitement à notre newsletter mensuelle:
ampld34@chu-montpellier.fr

http://www.chu-montpellier.fr/ampd


Rédaction : Dr Claire Condemine-Piron AMPD Languedoc Roussillon http://www.chu-montpellier.fr/ampd/ Téléphone :04.67.33.22.73

Ampld34@chu-montpellier.fr



Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azrefs.org 2016
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə