À vos cerveaux! Exposition temporaire au Muséum des Sciences naturelles Du 12 juin 2014 au 30 août 2015 (444 jours…)




Yüklə 55.98 Kb.
tarix28.04.2016
ölçüsü55.98 Kb.

Dossier de presse
À vos cerveaux!

Exposition temporaire au Muséum des Sciences naturelles

Du 12 juin 2014 au 30 août 2015 (444 jours…)

A. Communiqué de presse p.2

B. Infos pratiques p.3

C. Description de l’exposition p.4

D. Contenu scientifique choisi p.6

E . Activités pédagogiques de l’expo p. 8

F. Ateliers et stages de cet été p.8

G. Le Muséum à venir p.10


H. Les partenaires p.11

  1. Communiqué de presse


Explorez votre cerveau et celui des animaux.
Mon cerveau est-il unique ?

À quoi ressemble-t-il ?

Les animaux sont-ils intelligents ?

Cette exposition vous invite à découvrir cet organe aux capacités d’adaptation remarquable. Explorez les mondes des cerveaux : l’escargot, l’abeille, le singe, l’homme… au travers d’un parcours d’expérimentation et de découverte.


Parvenez-vous à décoder ceci ?

3h 0u1, v0us 4rr1v3z à l1r3 c3c1 dès l4 pr3m1èr3 l3ctur3 ! Ét0nn4nt c3 qu3 p3ut f41r3 v0tr3 c3rv34u, n0n ?

Ou ceci ?



Et pourtant, ce ne sont pas des tours de magie : le cerveau s’adapte et apprend extrêmement rapidement. Mais comment fonctionne-t-il ? Comment illusions d’optique et autres tours de passe-passe parviennent-ils à le berner ?

Grâce à notre nouvelle exposition, découvrez tout ce qui se passe dans votre boîte crânienne, testez les performances de vos neurones dans le Cognitilab, explorez en 3D l’anatomie de vos hémisphères cérébraux avec le Cervomaton, démystifiez des tours de magie et ne vous laissez pas attraper par nos illusions d’optique . Vidéos, jeux, interactifs complètent ce fascinant voyage au centre de votre cerveau… Venez tester votre cerveau, partagez avec les autres et laissez-vous guider dans l’exposition au gré de votre expérience.

Une exposition produite par Cap Sciences et complétée par le Muséum des Sciences naturelles.



Public : accessible à tous à partir de 10 ans, jeunes neurones et cellules grises confondus !

Durée moyenne de la visite : 1h30

Attachée de presse (ne pas communiquer au public SVP)

Donatienne Boland : 02 627 41 21 - dona@sciencesnaturelles.be



  1. Infos pratiques



Muséum des Sciences naturelles

Rue Vautier 29 – 1000 Bruxelles

Info 24h / 24 : 02 627 42 38

info@sciencesnaturelles.be

www.sciencesnaturelles.be

Heures d’ouverture

Du mardi au vendredi : de 9h30 à 17h

Samedi, dimanche et vacances scolaires belges (du mardi au dimanche) : de 10h à 18h

Fermé tous les lundis, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai


Accès

Notre parking est petit… Utilisez de préférence les transports en commun.

Métro : lignes 1 et 5 station Maelbeek ou lignes 2 et 6 station Trône

Train : gare Bruxelles-Luxembourg

Bus : 34 et 80 arrêt Muséum, 38 et 95 arrêt Idalie

Une B-excursion (train + entrée) est en vente dans toutes les gares : n°495 pour les individuels, n°496 pour les groupes non scolaires et n°497 pour les groupes scolaires.


Tarifs (accès à l’exposition et aux salles permanentes)

Visiteurs individuels 

€ 9,50 : adultes

€ 8,50 : étudiants, seniors, Amis de l’Institut, personnes handicapées

€ 7 : jeunes 6-17 ans

Gratuit : abonné(e)s du Muséum
Groupes (à partir de 15 personnes) – Réservation obligatoire (visite et espace pique-nique) : 02 627 42 34

€ 8,50 : adultes

€ 5,50 : jeunes (2-25 ans)
Ateliers complémentaires à la visite libre de l’expo pour les groupes scolaires et visites guidées à partir de la 5e primaire. Infos et réservations au 02 627 42 34

Gratuité


- Le 1er mercredi du mois à partir de 13 heures (pas de réservation possible)

- Enfants de moins de 6 ans (accompagnés d’au moins un adulte payant, hors groupes)

- Les enseignants sur présentation d'un justificatif professionnel

- Les détenteurs de la carte ICOM

- Les accompagnateurs de personnes handicapées
La prise de photos et de films vidéo est autorisée, sans flash, à condition que ces photos ou vidéos soient destinées à un usage personnel et que cette activité ne dérange pas les autres visiteurs. La prise de vue professionnelle est soumise à une demande préalable, via le service de presse au 02 627 41 21 (ne pas publier le numéro svp).


  1. Description de l’exposition


Description de l’expo en quelques idées

L’exposition, développée par Cap Sciences à partir d’une première version créée par le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, est maintenant enrichie par notre Muséum des Sciences naturelles pour sa présentation à Bruxelles. Elle comprend des zones thématiques, une zone de test et une zone de show. Petite visite de ce millefeuille muséographique.





Qui a un cerveau ?
À l’exception des organismes très simples comme les éponges, tous les animaux – ver de terre, perce-oreille, pieuvre, perroquet, homme… – possèdent, si pas un cerveau plus ou moins développé, au moins un système nerveux. Mais quand le premier cerveau est-il apparu?
Vidéos, maquettes et carte interactives vous permettent de comprendre la difficulté de dater l’apparition de cet organe et vous font voyager dans l’évolution et la variabilité des systèmes nerveux au fil du temps…
Nos collections complètent ce panorama : pie, anémone, aplysie, castor, chimpanzés, dauphin…
1000 cerveaux, 1000 mondes

Chaque espèce appréhende son environnement de façon différente selon notamment l’organisation et la complexité de son système nerveux. Mais cette perception subjective dépend aussi des systèmes sensoriels et effecteurs, de la façon dont chacun apprend à s’en servir et de l’environnement lui-même.


Cette zone illustre, au travers de vidéos, multimédias et jeux interactifs, quatre « mondes » réunissant chacun un ensemble d’animaux qui possèdent le même degré de capacités cérébrales : « un monde de réflexes », « un monde de programmes », « un monde d’innovations » et « un monde de culture ».

Un monde plastique
On a longtemps cru que le cerveau était câblé une fois pour toutes, comme une machine, et que chaque zone avait une fonction définie, programmée et immuable. En réalité, le cerveau ne cesse d’évoluer tout au long de la vie. Mais qu’est-ce que la plasticité cérébrale ? Quel rôle joue-t-elle dans les processus d’apprentissage ? Comment le cerveau s’adapte-t-il aux événements qui rythment notre vie ?
Des vidéos et des interfaces numériques vous présentent les avancées des neurosciences sur cette propriété incroyable qu’est la plasticité cérébrale.

Tromper le cerveau ?
Notre cerveau, en interprétant les informations captées par nos sens, construit notre perception du monde. Mais ces interprétations peuvent être erronées, le cerveau cherchant absolument à donner du sens là où il n’y en a pas. Autrement dit, il n’est pas infaillible !
Dans cette zone, vous expérimentez diverses illusions sensorielles et découvrez pour quelles raisons (le contexte, la vitesse d’un changement, le mouvement…) notre cerveau interprète différemment ce qu’il perçoit.

Zoom sur le cerveau
Notre cerveau contient de plus de 100 milliards de neurones, dont chacun communique avec 10 000 de ses voisins. Ce réseau d’une incroyable complexité peut aujourd’hui être observé grâce à l’imagerie médicale.
Dans cette zone, pénétrez dans l’organe le plus mystérieux du corps humain, jusqu’aux cellules qui le composent. Grâce au Cervomaton, observez l’anatomie générale de votre cerveau en 3D. Découvrez aussi ses dysfonctionnements, dégénérescences et dérèglements possibles…
Nous avons choisi de développer la zone « Zoom dans le cerveau » en abordant quelques dysfonctionnements du cerveau. Les troubles liés à une atteinte ou à un dysfonctionnement du cerveau sont nombreux. Le cerveau peut manquer d’oxygène (AVC), la communication entre les cellules peut être mal régulée (Alzheimer), la transmission de l’influx nerveux peut être altérée (sclérose en plaques), etc. Que ce soit personnellement ou dans notre environnement familial, nous serons tous un jour ou l’autre confronté à une atteinte d’origine cérébrale. Cette zone présente aussi des moulages de cerveaux, y compris un cerveau de dinosaure sur lequel nos chercheurs ont récemment publié (voir plus loin) .

Les éléments spécifiques à la présentation de l’exposition chez nous ont été développés dans une muséographie très similaire à celle de l’exposition de Cap sciences. Ils en constituent un prolongement naturel et non une expo dans l’expo.

Des animaux naturalisés sont également présentés, associés aux zones « Qui a un cerveau ? » et « 1000 cerveaux, 1000 mondes ».

Le Cognitilab
Dans cette zone équipée de 8 tablettes tactiles, vous choisissez la fonction cognitive que vous allez mettre à l’épreuve – la mémoire ou l’attention –, vous lancez le jeu et une fois le test fini, le multimédia vous livre les clés de compréhension liées à cette fonction cognitive.
Les tests proposés proviennent tous d’études menées par différents laboratoires en neurosciences.



  1. Zoom sur le cerveau de dinosaures

Les hadrosaures avaient-ils la grosse tête ?

Les hadrosaures comme Amurosaurus riabinini devaient être plutôt intelligents. En tout cas, ils avaient un cerveau relativement plus grand que celui d’autres dinosaures herbivores. C’est ce que décrit la paléontologue Pascaline Lauters (Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et Université Libre de Bruxelles) dans un article publié dans la revue internationale PloS ONE.



Squelette d'Amurosaurus riabinini (dessiné par Jonica Dos Remedios, RBINS)

 

Par sa forme et sa taille, un moulage endocrânien – c’est-à-dire un moulage de l’intérieur de la boîte crânienne – donne un bon aperçu de ce que devait être le cerveau de l’animal.



Dans le cadre de sa thèse de doctorat, notre collègue Pascaline Lauters a réalisé, décrit et interprété les moulages et scans endocrâniens de différents dinosaures, essentiellement des iguanodons et des hadrosauridés (surnommés « dinosaures à bec de canard » en raison de leur long museau aplati) comme Amurosaurus riabinini.

Ce lambéosauriné – un hadrosauridé à crête creuse – date de la toute fin du Crétacé (Maastrichtien supérieur, il y a environ 68 à 65 millions d’années) et a été découvert dans la région de Blagoveschensk, dans l’extrême est de la Russie. Il a été décrit par son découvreur, le paléontologue russe Yuri Bolotsky, et son homologue belge, Pascal Godefroit (tous deux co-auteurs de l’article paru dans la revue PloS ONE).




Pascaline Lauters lors de fouilles en Russie


Amurosaurus riabinini dans la Galerie des Dinosaures

 Les hadrosaures, pas si stupides que ça ?

Chez les oiseaux et les mammifères, le cerveau remplit la totalité de la boîte crânienne. Mais en était-il de même chez les dinosaures ? Ou, selon l’hypothèse partagée par la plupart des paléontologues, avaient-ils plutôt de petits cerveaux par rapport à leur taille ? Les moulages de Pascaline ont fourni des éléments de réponse à ces questions.

Tout d’abord, les moulages endocrâniens d’Amurosaurus présentent des valleculae (les impressions de vaisseaux sanguins sur l’intérieur de la boîte crânienne) : leur cerveau était en contact avec la boîte crânienne, l’occupant pleinement. Cela confirme une étude du paléontologue canadien David Evans selon laquelle le cerveau des hadrosauridés remplit une portion de la cavité crânienne proportionnellement plus large que chez les autres ornithischiens ou « dinosaures à bassin d’oiseaux », à savoir les stégosaures, les ankylosaures, les cératopsiens et les pachycéphalosaures, tous des herbivores.

 

Moulage endocrânien d’Amurosaurus, présenté dans la zone « Zoom sur le cerveau »

 Ensuite, les hémisphères cérébraux d’Amurosaurus sont larges et arrondis. Cela illustre le développement important de cette partie du cerveau chez les hadrosauridés et c’est cohérent avec la variété et la complexité des comportements sociaux supposés des lambéosaurinés.

En effet, des pistes fossilisées associées à des hadrosaures et à d’autres ornithopodes suggèrent qu’ils se déplaçaient en groupe. On sait aussi qu’ils nichaient en vastes colonies sur des sites fréquentés de génération en génération. Par exemple, la Formation de Two Medecine, dans le Montana (États-Unis), a livré des centaines de nids de dinosaures ainsi que d’innombrables restes osseux appartenant notamment à Hypacrosaurus (un autre lambéosauriné) et Maiasaura (un hadrosauridé sans crête).




Représentation d'Amurosaurus riabinini

En outre, des études ont montré que les crêtes creuses faisaient caisse de résonance quand les hadrosaures poussaient leurs cris. Cela leur permettait de communiquer sur de très longues distances… Mais les crêtes des lambéosaurinés avaient aussi des formes très différentes d’une espèce à l’autre. Elles pouvaient donc probablement servir à se reconnaître entre pairs, à attirer des partenaires sexuels ou à intimider des rivaux.

Sur les moulages endocrâniens de plusieurs spécimens d’Amurosaurus, Pascaline a observé un nerf olfactif assez large, signe qu’ils avaient probablement un bon odorat. Que cet odorat bien développé ait joué un rôle dans son comportement social n’est pas encore vérifié. En tout cas, le travail de Pascaline a donc confirmé qu’avec son cerveau proportionnellement plus grand que celui de la plupart des autres dinosaures herbivores, Amurosaurus ne devait pas être si stupide que ça…

Références de l'article:
Lauters P, Vercauteren M, Bolotsky YL, Godefroit P (2013) Cranial Endocast of the Lambeosaurine Hadrosaurid Amurosaurus riabinini from the Amur Region, Russia. PLoS ONE 8(11): e78899. doi:10.1371/journal.pone.0078899

E . Activités pédagogiques d’accompagnement de l’exposition

L’animation « À Vos Cerveaux » est un complément à la visite de l’exposition centré sur le cerveau humain.

En équipes, les élèves vont de défis en défis construire un cerveau et aborder des notions telles le fonctionnement d’un neurone et d’un réseau neuronal, les réponses du cerveau aux stimuli, l’apprentissage, la mémoire… Scénario et contenu sont adaptés en fonction de l’âge des élèves, de la 5e primaire à la 6e secondaire.

F. Ateliers et stages de cet été

Envie de bricoler, d’apprendre en jouant ?

Les stages se déroulent généralement de 10 à 16h. Accueil à partir de 9h et jusqu'à 17h.



Réservation obligatoire au 02 627 42 34.

Infos : www.sciencesnaturelles.be/educa
Stage : Plus belle la nature !

La nature est une source d’inspiration inépuisable. Nous vous emmenons la voir de près, tout en douceur, pour récolter, photographier, bricoler … et rassembler le tout dans une mini-exposition personnelle dont vous pourrez être fier.




  • Mardi 08.07.2014 au vendredi 11.07.2014

  • Public 10-13 ans

  • € 80

  • Réservation obligatoire au 02 627 42 34


Stage : Ardèche – Velay – Haute-Loire


Dix jours de découverte géologique, minéralogique et naturaliste dans les superbes régions de l’Ardèche, avec ses fameuses gorges et ses nombreux sites préhistoriques, jusqu’aux magnifiques plateaux de la Haute-Loire, d’où surgissent d’incroyables « sucs » volcaniques et d’impressionnantes falaises d’« Orgues basaltiques » ! Récoltes géologiques, promenades botaniques, visites de musées vous emmèneront de Mt Gerbier aux sources de la Loire, du Puy en Velay au village perché d’Antraygues.

  • Vendredi 01.08.2014 au dimanche 10.08.2014

  • Public : +10 ans (accompagnés jusqu’à 14 ans), adultes et seniors

  • Prix et infos détaillées sur notre site web ou au 02 627 42 48

  • Jean-michel.bragard@sciencesnaturelles.be


Stage : Le miel et les abeilles


Merveilleux petits insectes sans qui la vie serait bien triste. En plus de fabriquer du bon miel, les abeilles assurent la pollinisation de nos arbres et nos plantes ! Sans elles pas de fruit. Découvre le monde fascinant des abeilles, des ruches et de l’apiculture

  • Jeudi 28.08.2014 au dimanche 29.08.2014

  • Public : 9-12 ans

  • € 40

  • Réservation obligatoire au 02 627 42 34


PaleoLAB (FR-NL)


Le paleoLAB est un espace de découvertes entièrement consacré à la vie fossile et spécialement conçu pour les enfants et leurs parents.

Ici, tout est à manipuler, tester, toucher : le géologue, le paléontologue, l’anthropologue, c’est toi ! Tu mets au jour, tu étudies, tu compares des spécimens authentiques. Tu peux produire une mini-tempête pour dégager un squelette, assembler un stégosaure grandeur nature, tracer une piste de dinosaures, te déguiser en homme préhistorique ou, tout simplement, t’installer confortablement dans le coin lecture avec un bon bouquin !





DATES : En juillet et août, du mardi au vendredi, à 13h30, 14h30 et 15h30

CONDITIONS : àpd 5 ans accompagne d’un adulte

PRIX : € 2 par personne à payer directement à la caisse en arrivant

G. Le Muséum à venir


Travaux de rénovation des salles du Muséum

Le processus de rénovation du Muséum se poursuit. Une nouvelle galerie consacrée à l’Homme ouvrira en 2015. En 2017, ce sera la Galerie « Planète vivante ». Ce programme ambitieux implique évidemment la fermeture et le remodelage de certaines zones d’exposition.


Galerie de l’Homme : notre évolution, notre corps (printemps 2015)

L’Homme constitue indubitablement un thème des plus fascinants. Son étude rassemble des connaissances de différents domaines (anthropologie, évolution humaine, médecine et anatomie, physiologie, génétique, sociologie, etc.). La nouvelle exposition permanente, la Galerie de l’Homme, abordera ces différents domaines à travers deux grandes zones, qui seront reliées par une troisième qui traite de ce qui nous caractérise en tant qu’êtres humains.


1 – Notre évolution
Qui sont nos ancêtres et comment ont-ils évolué jusqu’à devenir l’Homme que nous sommes aujourd’hui ? À quel changements ont-ils su s’adapter pour survivre et nous donner la chance d’exister ? En quoi chacun de ces ancêtres a-t-il contribué à notre évolution ? Et comment avons-nous accumulé toutes ces connaissances ?

Quoi qu’il en soit, cette évolution ne s’est pas déroulée sans heurt. Elle a été tout sauf linéaire. Il s’agit d’une évolution buissonnante qui s’est étalée sur plusieurs millions d’années et durant laquelle certaines espèces d’humains ont vu le jour, tandis que d’autres se sont éteintes. Certaines ont vécu à la même période, parfois dans la même région ; certaines se sont rencontrées et ont vécu ensemble. Leur relation entre elles et avec la nature a changé. Tout comme leur apparence et leur culture. Petit à petit, elles sont devenues ce que nous sommes aujourd’hui, l’Homme moderne, seul survivant du genre sur Terre.


2 – L’Homme moderne
Au fil de cette longue évolution, nous avons eu le temps de nous adapter à notre environnement : notre cerveau a grossi et s’est complexifié, nous avons appris à nous tenir debout, nous avons changé d'alimentation et nous avons commencé à nous servir de nos mains avec beaucoup de précision. Nous avons aussi développé des compétences socioculturelles qui ont fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Tout cela nous a notamment permis, comme aucun autre animal sur Terre, de parcourir les quatre coins du monde et de développer les techniques nécessaires pour survivre dans des conditions parfois peu favorables ainsi que pour résister et nous adapter aux éléments naturels. Ces adaptations locales ont donné lieu à des différences physiques locales entre les Hommes modernes. Nous pouvons par conséquent parler de diversité humaine.

Mais sommes-nous vraiment si spéciaux ? L’homme moderne présente tant de ressemblances avec ses cousins les plus proches, les grands singes…
3 – Notre corps
Chacun de nous contribue à notre évolution. Génération après génération, nous transmettons nos gènes et contribuons ainsi à l’évolution de l’Homme moderne. Vous aussi, en tant que visiteur, vous y contribuez ou y avez contribué. À l’instar des autres animaux, notre vie tourne autour de la reproduction et de l’éducation des enfants. Dès la naissance, les enfants ont besoin d’énormément de soins et dépendent totalement de leurs parents, et ce, pendant une période très longue par rapport à nos plus proches cousins, les grands singes. Les enfants doivent être préparés à la vie adulte ; ils doivent apprendre, grandir, etc. À l’adolescence, ils se préparent, tant physiquement que mentalement, à la reproduction. Leur corps subit toutes sortes de changements, ils doivent trouver un nouvel équilibre. Mais une fois adultes, une vie exceptionnellement longue les attend, lors de laquelle ils deviendront eux-mêmes parents. Cela ne serait pas possible sans un corps qui fonctionne bien, un corps qui est identique chez chacun d’entre nous. Grâce à de nombreuses fonctions corporelles, il nous fournit l’énergie, le sommeil et les mouvements dont nous avons besoin.

Tout au long de ce parcours sur la vie, de l’embryon à l’âge adulte, vous découvrirez non seulement comment votre corps fonctionne, mais aussi, à travers un itinéraire spécial, ce que nous avons conservé ou perdu au fil de l’évolution.


Cette exposition invitera à une visite interactive dans laquelle tout le corps sera sollicité. Elle présentera aussi de nombreuses pièces originales, fossiles mais aussi vrais organes, ainsi que toutes sortes de techniques de modélisation en 3D et autres médias visuels.

H. Les partenaires





Dossier de presse À vos cerveaux

www.sciencesnaturelles.be Exposition temporaire



Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©azrefs.org 2016
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə